Blog

Tu n’as pas le droit d’abandonner même si tout s’arrête demain…

C’est trop facile d’abandonner, de ne plus y croire…

Même si tu n’y crois plus, tu te dois de vivre cette existence. Tu es là pour ça !

Je sais que c’est dur de savoir, c’est une vraie déchirure…

Et tu ne peux plus faire machine arrière…

Tu ne le voudrais, d’ailleurs, pas…

Maintenant que tu sais, tu fais avec, et tu continues ce que tu as commencé.

Tu te lèves le matin et tu fais ce que tu as envie de faire. Tu as un corps physique et une existence matérielle alors continue à entretenir cette « vie »…

Tu as un rêve ?

Fais en sorte de le réaliser parce que tu es là pour ça. Même si ton rêve est matériel, il t’amènera là où tu dois aller.

N’espère pas, continue de ne plus croire, fais ce que tu sens que tu dois faire au moment où tu le fais…

Ne te pose pas trop de questions, ne pense pas au résultat mais « vis » le chemin…

Maintenant tu te relèves et tu agis même si demain tu ne dois pas te réveiller !

Je ne suis pas faite pour cette vie là !

Je ne suis pas faite pour travailler dans quelque chose qui ne me plaît pas, je ne suis pas faite pour travailler dur pour pouvoir exister ici…

Je ne suis pas faite non plus pour une mission quelconque, je ne suis pas faite pour remplir mon âme en voulant changer ou sauver ce monde…

Je suis lasse, oui c’est exact.

Je suis en colère aussi parce que je ne comprends pas pourquoi je devrais vivre sans le sou, pourquoi je dois travailler pour avoir des choses. C’est quoi cette règle à la con ?

Je suis en colère de ma condition, de mes ailes coupées, de mes ressentis biaisés, de cette manipulation quotidienne à laquelle je tente de ne pas céder…

Je suis faite pour être libre, pour avoir une vision globale et pouvoir choisir ce que je veux sans qu’il y ait de barrière à quoique ce soit que j’ai envie de créer.

Je suis faite pour aimer, pour donner un sourire, une main, une caresse, un regard bienveillant…

Je suis faite pour être bien quand je me réveille, et sourire à l’idée de ce qui m’attend dans ma journée.

J’aime les expériences en tout genre, j’aime le dépassement de moi-même, j’aime découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles contrées, de nouveaux endroits.

Mais je suis sans cesse en train de me demander à quoi bon dans la mesure où rien n’est réel et tout n’est qu’illusion ?

Je suis sans cesse en train de me demander c’est qui qui aime ça ? Mon âme, mon ego, mon esprit ?

Qu’il est difficile de faire le tri et d’être dans le réel de soi-même…

Je suis faite pour exceller dans ce que je fais, je suis faite pour faire ce que j’ai envie de faire. Je suis faite, pour quoi je suis faite et je peux changer, à tout moment, ce pour quoi, j’ai envie d’être faite….

Je dis merde à cette existence là , qui me coupe de moi-même !

Je dis merde à ces vampires en tout genre qui se nourrissent de mon énergie.

Je dis merde à ces programmes ou ces identités dans lesquels je croyais être…

Je dis merde à ces rétentions en tout genre !

Je dis merde à ces conditionnements à la con !

Je dis merde à ce monde qui part en couilles !

J’en ai marre d’être brimé, d’être barré sur ce chemin qui me relie à moi-même. J’en ai marre d’être dans ce flou, dans ce : « Est-ce que je fais des projets ou est-ce que je me laisse vivre ? » « Est-ce que cela vaut la peine de trouver un emploi, de faire du sport, de m’acheter des baskets, de me lever le matin ? » « Est-ce que je continue de mettre mes filles à l’école ? » « Et si on partait en Suède pour commencer quelque chose de nouveau dans un endroit qui paraît plus paisible ? » « Et si tous ces questionnements étaient là pour me ralentir dans ce que je sais mais qui est trop difficile à entendre 😉 ? »

Je ne veux plus de cette pression de devoir travailler pour vivre…

Je ne veux plus ne pas savoir,

Je ne veux plus de cette existence là…

Je veux du grand, de la lumière, de l’éternité, de l’etherité j’ai envie de dire…

Je veux pouvoir aller où je veux quand je veux, je veux ne plus être hypnotisée, magnétisée, manipulée.

Je ne veux plus qu’on touche à mon être, mes corps, mon âme.

Je me défais de qui je crois être, pour être qui je suis réellement.

Je me défais de toutes ces « vies », ces mémoires, ces blessures, ces révoltes, ces amours perdus dans lesquels je tombe dans le piège à chaque fois…

Je me défais de tout ce qu’on m’a fait vivre sous prétexte que je l’ai choisi !

Je suis à la fois perdu et en train de me trouver…

Je sais, et à la fois, je ne sais pas…

J’ai encore envie, et parfois, aucune envie… En vie….

Quel est le sens réel des mots ?

Envie, besoin, vouloir, désirer…

Est-ce que tous ces mots appartiennent à l’ego ?

Est-ce que l’esprit à des envies mis à part celle de se casser de ce cercle infernal, de cette supercherie, de cette boucle sans fin ?

Dois-je me comporter comme un être humain avec des envies et des objectifs afin de construire en même temps mon double ?

Ou suis-je dans le faux en faisant ça ?

A partir du moment où je sais je ne suis plus dans le faux… Je peux très bien agir, ici, comme un être qui a des buts et en même temps me servir de cette expérience pour aller vers moi-même, vers mon esprit.

Quand je parle de moi-même j’entends mon esprit. Aujourd’hui c’est ça pour moi et c’est la seule chose qui soit réellement claire !

Après relecture je souris car l’avant dernière phrase peut aussi se lire ainsi : Quand je parle de moi-même, j’entends mon esprit ! J’aime beaucoup ce clin d’œil de celui-ci !

Et puis à un moment tu t’en fous, plus rien n’a d’importance…

Tu arrives à un moment où plus rien ne compte parce que tu SAIS, tu vois la supercherie, la MASQU-rade…

Le monde peut s’écrouler…

Ben, en fait, tu attends, presque que ça, parce que tu te dis que cela ne peut pas continuer comme ça… On arrive au bout, il n’y a plus rien de pire. Tu as vécu tout ce que tu pouvais vivre, ici ou ailleurs…

Le monde est en train de partir en couilles et toi tu es là, et tu regardes les yeux grand ouverts comme si tu assistais à un film de science fiction ! Et tu te dis : « C’est un truc de fou ! »

Mais tu t’en fous !

C’est comme si tu étais là, mais en fait, pas là en même temps… Ton corps est « présent » mais toi tu es à 10 000 lieux d’ici et cela te permets de rester centré sur toi et non sur ce scénario catastrophe…

Avant d’en arriver là, tu es passé par tous les stades: le stress du moule dans lequel on a essayé de te mettre, le fameux métro/boulot/dodo, la mélancolie de quelque chose que tu crois avoir perdu, la moitié de toi-même, un amour déchu ou tu ne sais quoi encore, certains l’appellent la déchirure…

Puis tu passes par la croyance en tes rêves, en la vie, en l’Homme, en l’amour ou tu ne sais quoi encore, tu crois que c’est possible, que tout est possible que les seules limites sont celles que tu te mets…

Puis la claque arrive, en cherchant toujours plus loin parce que tu sens que ce n’est pas tout, tu n’as pas toutes les réponses… Et là, tout ce en quoi tu croyais, s’écroule du jour au lendemain et tu t’aperçois que tu es une imposture, que ta vie n’est qu’une illusion et que finalement rien ne compte vraiment…

Les jours passent, les émotions aussi, elles viennent se vivent puis repartent comme elles étaient venues…

Et puis à un moment tu t’en fous, tu es étonné de te réveiller le matin et d’être encore là…

Où es-tu ?

Toi qui aimais la VIE…

Toi qui souriais à tout va…

Toi qui t’en foutais du « quand dira-t-on »…

Où est cette personne qui était insouciante et à la fois déterminée ?

Celle qui se battait bec et ongle pour ceux qu’elle aimait, pour celui qu’elle aimait, pour celle qu’elle aimait ?

Pourquoi avoir déserté ?

Pourquoi avoir abandonné ?

Pourquoi ne pas avoir persévéré ?

Je sais que cette existence n’est pas celle que tu t’étais imaginé…

Je sais que c’est beaucoup plus difficile que tu ne le croyais…

Je sais aussi qu’à partir du moment où tu baisses les bras, tu ne peux que sombrer dans les méandres d’un trou sans fond, sombre et profond…

Alors relève-toi, lève la tête et reprends les armes !

Parce que tu es là pour ça !

Que veux-tu faire d’autre ?

Tu ne pourras jamais, « juste », profiter, passiver, te relaxer, te faire masser, jouer, être en paix…

Tu devras affronter, te relever, t’affirmer, te mettre en colère, tomber, prendre des claques, te débattre, faire preuve d’autorité pour voir le bout du tunnel, pour te reconnecter à toi, à ta lumière, à ton être supérieur, à ton double…

Peu importe le nom qu’on lui donne, il est TOI…

Il est celui qui sait, il est ton pouvoir, ta force, ta détermination, ta volonté, ton intelligence, ton amour…

Tu ne peux pas le laisser tomber !

Arrête de te trouver des excuses, relève-toi et bats-toi pour TOI !

Cette nuit, j’ai rêvé de toi…

Alors oui ce n’était pas prévu que j’écrive sur ce rêve mais les mots doivent sortir…

Cette nuit, ou plutôt ce matin, à 5h, je me suis réveillée au plein milieu d’un rêve dans lequel tu étais aussi…

J’allais venir te voir pour te dire que j’avais retrouvé le sourire et que je recommençais à rire comme je le faisais avant.

C’était comme, si j’avais retrouvé quelque chose, que j’avais perdu, en même temps, que je t’avais perdu…

J’étais euphorique et heureuse de me retrouver et, par la même occasion, de te retrouver !

Parce que je savais au fond de moi que si j’avais eu ce déclic, tu pouvais l’avoir aussi et tout pouvait revenir comme avant…

Malheureusement, je me suis réveillée sans avoir eu le temps de te dire quoique ce soit…
A mon réveil je n’avais qu’une envie, c’était te raconter mon rêve et te dire ce que j’avais envie de te dire.

Puis je me suis souvenue qu’on était dimanche et que cela faisait 6 mois qu’on ne s’était pas parlé…

Bref, tout ça pour dire que… sans pouvoir me rendormir, j’ai réfléchi à tout ça. Je me suis rendu compte, que tout ce que tu m’avais apporté, à un moment de ma vie, m’a permis de savoir ce qu’était de se sentir en sécurité et protéger. De se sentir plus forte, écoutée, aimée avec toute la bienveillance que peut le faire un frère, un double qu’on comprend, et qui nous comprend cellulairement, parce qu’on est fait de la même essence…

Le fait de ne plus t’avoir, m’a permis de m’apporter ce dont tu m’as montré que je devais m’apporter : Suis-je claire ?

Je ne peux attendre quoique ce soit de l’extérieur, si je veux me construire et ne pas avoir de déception.

Je dois pourvoir à mes besoins par moi-même et j’ai dû reconnecter avec la guerrière en moi afin de ne plus être manipulée, afin d’asseoir mon autorité et affirmer mon identité !

Tu m’as montré comment devenir complète par moi-même et ressentir cette présence que tu as été, même quand tu n’étais pas là physiquement…

Aujourd’hui cette union je la fais avec moi-même, mon esprit, mon double et personne d’autre…

J’ai compris pourquoi te perdre m’a permis de me trouver par moi-même !

VIE sans vie…

Comment est-ce possible ?

C’est possible quand tu ouvres les yeux sur ce qui t’entoure, quand tu t’aperçois, que tout ça, n’est qu’une pièce de théâtre et que tu n’es qu’un simple figurant de la scène finale !

Tu tombes de haut, tu prends un uppercut comme jamais tu t’es pris auparavant…

Tu te sens con, désillusionné, vide de sens…

Tu ne comprends pas très bien pourquoi ? Ni comment, d’ailleurs…

Tu n’as de cesse, alors, de chercher l’information, de te faire ta propre opinion, de trouver quelle sera la suite afin de ne plus retomber comme tu l’as déjà fait…

Parce que ça fait mal !

Ton âme a perdu le nord, elle ne sait plus où elle en est… Elle n’ a d’ailleurs plus envie de rien parce qu’elle ne comprend plus le sens de son existence maintenant qu’elle a découvert l’envers du décor…

Plus les jours passent et plus elle s’enfonce dans les méandres d’une eau sans fond…

Elle se sent partir, elle sait qu’elle ne le devrait pas mais elle n’a plus la force, ni l’envie de résister… Se sentir disparaître lui parait être la meilleure option…

Elle se dit, sans arrêt, que de toute manière, plus rien n’a de sens, ni d’importance, tout ce en quoi elle croyait auparavant a disparu de son paradigme…

Pourtant, quelque part, il y a une petite étincelle, toute petite, et bien loin d’elle…

Elle la sent, elle la sait, elle se demande si cela sera suffisant pour ne pas sombrer ?

Elle ne sait pas… Ou plutôt, elle croit encore, ne pas savoir… Pourtant elle SAIT mais elle ne veut pas se l’avouer de peur de tomber encore une fois…

Alors elle continue de s’enfoncer sans hâte, sans se débattre, elle accepte juste son sort alors que la vie s’est retirée…

Enfin… Ce qu’elle croyait de la vie…

Chocs, entre-chocs, contre-chocs pour la libération !

En cette période nouvelle, plus rien n’est plus pareil…

Parfois j’ai l’impression d’être dans un film ou un cauchemar… Puis je me souviens, qu’en effet, je suis dans un jeu et que rien n’est réel.

Avant cela me faisait peur maintenant cela me rassure (et c’est là que je vois mon avancée !).

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à nous mêmes…

Penses-tu que tu es confronté à un virus ? Au confinement ? A la peur de la mort ? A la bêtise humaine ? A ce qui se passe à l’extérieur ? A la 5G et ses effets sur ce corps de carbone ? Au complot d’Etat ? Au changement de pôles de la terre ?

NON…

Tu n’es confronté qu’à toi-même, en réalité !

Tu sais pourquoi ?

Tu vas me dire parce que le confinement t’oblige à prendre conscience de cette personne, que tu es, parce que tu ne peux faire, que ça d’intelligent, maintenant que tu n’es plus parasité par le « soi-disant » métro-boulot-dodo !

En effet, cette période est bénéfique à l’introspection !

Mais surtout, parce que ce qui est important, ce ne sont pas les événements qui se passent, à l’extérieur de toi, MAIS COMMENT TOI TU LES AFFRONTES ou plutôt tu les laisses PASSER…

Comment toi tu les vis, comment tu les ressens ? Qu’est ce que ces événements créent en TOI ? Quels sentiments, quelles émotions font-ils ressortir ? Des peurs, des angoisses, du stress, des rires nerveux, de la colère, de la souffrance ???

C’est ce travail là, que TU TE DOIS, de faire afin de trouver la liberté ! Afin de trouver ta liberté !

La libération de ton être, de ce monde matériel…

Lorsque, tout ça (tout ce merdier, sans polariser 😉) n’aura plus AUCUNE emprise sur toi, tu sauras que tu es libre, tu seras en paix parce que tu sauras et que tu ne te feras plus piéger par ce monde de déceptions et d’illusions… Tu auras retrouvé ta puissance et tu ne te joueras plus de l’extérieur et de ce jeu machiavélique…

Alors oui ce n’est pas simple, et j’aime, finalement cette période, qui n’est pas un hasard, parce qu’elle suit un plan précis, qui me permet de faire table rase des peurs, des doutes et des croyances que je pourrais encore avoir.

Je suis aujourd’hui dans le renforcement de mon être. Ce qui se passe à l’extérieur me permet de me centrer toujours plus de l’intérieur. Je vois les changements qui se sont faits ces dernières semaines en moi, je prends conscience de ma grandeur et de ma lumière et j’ose enfin lui laisser sa place…

Envie de rien… envie de tout…

Quelle impression bizarre d’avoir à la fois envie de rien, ici bas, mais au fond de soi, avoir envie de tout autre chose, dans une autre vie ou dans la vraie vie…

En même temps, dans « envie » il y a « En vie ! » chose qui n’est pas ici… Et qui explique tout, finalement…

Ben oui ! Juste ENVIE d’être EN VIE, bordel de merde !

Bref, je me sens lasse, enfin une partie de moi se sent lasse, devrais-je dire.

Lasse au point de ne pas avoir envie de me lever le matin… De n’avoir envie de rien, de n’avoir la force de rien… Je décèle que c’est mon âme qui ressent ça… Elle en a ras le bol de cette mascarade, de cette manipulation, de cette souffrance qu’est cette vie terrestre pour elle (elle a l’impression qu’on lui a coupé les ailes…).

Mon esprit me dit, ou plutôt, lui dit, gentiment 😅 : « Ta gueule et avance ! » Oui, lui, ne fait pas dans la fine dentelle 🙄 ! Mais il a raison, si j’écoute cette partie de moi qui n’a envie de rien, je n’ai plus qu’à me suicider… Ai-je envie de ça ???

NON ! Bien-sûr que NON !

C’est pour ça que je stoppe mes pensées de lassitude, ce ressenti et que je passe à l’ACTION !

Quand je passe à l’action, cela inhibe, ce que je ressens et ravive mon corps physique. Hier je suis allée au sport alors que j’avais envie d’aller me recoucher mais c’était plus intelligent d’aller faire du sport alors je n’ai pas écouté cette lassitude.

Résultat des courses, je me suis sentie mieux et j’ai conclu un contrat sans rien faire de plus que répondre à un appel…

Le problème avec le supramental c’est qu’il n’y a plus d’émotions (ou très rarement et contrôlées) et mon ego se pose alors la question de savoir pourquoi continuer si ce n’est pas pour ressentir des choses ?

Je pense que c’est un début de réponse à mon état d’âme actuel…

Je disais donc que j’avais envie de tout à la fois, parce qu’au fond de moi je SAIS que je peux TOUT mais pas ici 🤐 et, c’est en ça, que la patience est l’art de prendre le temps de faire les choses afin de se tenir prêt pour quand le moment viendra !

Bref, juste une envie de sortir ce qui se passe dans ma tête et mon corps en ce moment…

Objectif : élever ma vibration, ne pas me laisser parasiter par l’astral…

Que faire de cette existence quand on SAIT ?

C’est la première question que je me suis posée quand j’ai re-découvert que je savais déjà tout ça…

A quoi bon ?

Ben, j’ai envie de dire que cette existence va te servir à t’entraîner à sortir de cette prison et ce n’est pas une petite chose à faire…

Alors oui c’est beaucoup moins sexy que gagner suffisamment d’argent pour faire le tour du monde ou créer une association de défense pour les animaux en danger… Je te l’accorde…

Cela veut-il dire que nous ne devons pas faire ces choses là ?

Et là aussi je me suis posée la question…

Mon but dans cette existence est d’être suffisamment autoritaire et d’avoir suffisamment d’identité afin de déjouer ce rêve de merde dans lequel nous sommes prisonniers. C’est me défaire de toutes croyances quelles qu’elles soient et attachements sentimentaux. Etre consciente de ce qui se joue dans l’ombre.

Pour cela je dois faire des choses, en conscience (je précise) c’est à dire en sachant pourquoi je les fais. Je dois passer à l’action afin de m’exposer à ma programmation, à mes limitations, à mes croyances, mes pensées, mes émotions, ma polarité, mes mémoires afin de transcender toutes cette merde qui me densifie dans cette matière…

Du coup, je fais ce que j’ai envie de faire mais je ne me force plus à faire ce que je n’ai pas envie de faire. Je vais prendre un petit emploi dans un restaurant qui me permet de m’exposer « aux autres » afin de voir ce qu’il me reste à rectifier chez moi. Afin aussi d’exister dans ce monde c’est à dire gagner de l’argent.

Je ne cours plus après les gens pour les coacher parce que j’ai compris que j’avais encore un peu cet implant du SAUVEUR et je voulais aider les gens parce que j’oubliais de m’aider moi-même ou parce que je voulais m’aider moi-même.

J’ai des compétences et maintenant un début de vibration qui font que je peux coacher qui a envie, qui est attiré par ma vibration. Je le fais avec plaisir et non dans le but de sauver qui que ce soit, juste pour éclairer un chemin par lequel je suis passée.

Aujourd’hui je fais juste ce qui est intelligent pour moi. Si une pensée me vient et que je ne la considère pas intelligente je la vire sans vergogne parce que la pensée vient d’ailleurs…

Bref, tant de chose à dire, j’ai l’impression que cela part dans tous les sens. Mon but est de canaliser mon esprit ou plutôt mon ajusteur de pensées afin de me rapprocher de la sortie chaque jour un peu plus.

Aux armes ect…

Mon âme souffre d’être enfermée dans ce qu’on nous a dit, être la vie…

Au point de faire n’importe quoi juste pour avoir l’impression d’être en vie…

Au point de détruire ce corps de carbone qui lui sert a exister tant bien que mal dans cette réalité qui n’est pas la sienne…

A quoi bon ?

A quoi bon se battre ?

A quoi bon faire comme tout le monde ?

A quoi bon se lever le matin pour tenter d’avancer ?

Mon âme en a marre d’être utilisée sans son consentement,

Elle en a marre d’être manipulée, surveillée, magnétisée, fourvoyée, maltraitée, abîmée, vampirisée, traquée, séparée, détruite juste pour assouvir les besoins égoïste d’un seul être détraqué qui se joue d’elle…

Pourtant mon esprit me raconte une toute autre histoire, LUI…

Il me dit :  » Ne baisse pas les bras, tu es plus près du but que tu ne l’a jamais été ! »

« Prends les armes et bats-toi, comme tu ne t’es jamais battue ! »

« C’est à dire avec intelligence et persévérance. Sans peur, sans croyances, sans mémoires, sans polariser, sans penser ! »

« Il n’est plus possible maintenant de ne pas te battre, tu ne peux plus faire semblant de ne pas SAVOIR… Parce que tu sais ! Tu te dois pour toi-même de faire tout ce que tu dois faire pour sortir de cet enfer !!!! »

« Ne lâche pas, ne TE lâche pas, tu te le dois parce qu’au fond de toi, TU SAIS, tu sais ce qu’est la LIBERTÉ, la vraie VIE et ce n’est pas ce que tu crois vivre aujourd’hui… »

« Alors bats-toi jusqu’à reprendre contact avec TOI-MÊME, jusqu’à retrouver ta PUISSANCE et remettre les choses à leur place ! »

« Oui ce n’est pas tous les jours faciles mais est-ce plus facile de subir sa vie sans rien faire ? »