Envie de pleurer…

Juste de pleurer…

Je m’assois au bord de la cheminée pour me réchauffer et cette tristesse, sortie de nulle part, m’envahie…

Je regarde danser les flammes alors que coulent mes larmes…

Avant j’aurais chercher à comprendre pourquoi ?

Aujourd’hui, je laisse juste, sortir ce qu’il y a, à sortir…

Envie de rien, mes yeux me brûlent et Plume vient se blottir contre moi…

Comme un doudou réconfortant, mon chathérapeute me donne de l’énergie pour surmonter cette vague de tristesse qui déferle sur moi…

Malgré ce qu’il m’arrive là, je crois, j’ai la foi en mon chemin, en moi, je sais que j’y arrive, pourtant c’est là, et ça demande à sortir…

Je laisse aller,

Je fais, juste, ce que j’ai envie de faire en ce lundi…

Assise sur mon canapé, mon chat entre moi et mon clavier, je tape ces mots pour faire sortir mes maux….

Rien, ni personne, ne me fera abandonner !

J’irai au bout, en apprenant chaque jour, un petit quelque chose qui fera dans quelques jours, semaines ou mois, un grand autre chose…

Ce grand autre chose pour lequel je me bats !

Je suis un soldat,

Un soldat de l’âme…

De mon âme, que je tente de déchiffrer…

De ton âme que j’aime déjà…

Je divague,

J’ai un vague à l’âme…

Juste une émotion…

Rien qu’une émotion…

De la tristesse ou mélancolie ?

Que sais-je ?

Si ce n’est que je l’accepte, je la fais mienne, je la laisse être…

Perdue, à l’affût, blessée ou ignorée ?

Je ne sais guère… Ou peut-être tout ça à la fois…

Ma journée ? Un lundi où je ne sais où j’en suis, je ne sais où aller, que faire si ce n’est dire MERDE à mon mental, à mon EGO qui me fatigue !

J’accepte ce qui est…

Je laisse ceux qui partent et ne regardent pas en arrière…

Comme j’ai pu le faire avec d’autres dans mon passé.

J’accepte cette tristesse qui me laisse mutique, stoïque ou pantoise…

Que sais-je ?

Si ce n’est que derrière se cache un cadeau…

Serait-ce mon corps qui me dit stop ?

Serait-ce mon cœur qui me demande de faire une pause ?

D’écouter ? De ressentir ? De laisser faire ce qui vient ? De laisser aller ce qui va et qui n’a plus lieu d’être ?

Une chute… de skate-board…

Tout de suite apaisée par la vue de l’océan qui s’est mis au même rythme que mon humeur du jour…

Il est calme… juste parcouru par une oscillation qui rappelle qu’il est là…

Juste là…

Près de moi…

L’amour de mes dernières ne calme pas les larmes qui menacent…

Je laisse aller ce qui vient, je vis mon émotion parce qu’elle doit juste être, elle doit juste sortir afin de partir…

Juste une émotion…

Rien qu’une émotion…

Elle est là pour me rappeler qu’il est magnifique de vivre, d’être en parfaite santé, d’avoir trois magnifiques filles, un mari aimant…

Que dire de plus ?

Si ce n’est MERCI d’être là, merci de me rappeler qu’il est bon d’être humaine et imparfaite.

Je suis en colère !

Libérer les émotions… Ça te parle ?

Ce qui reste enfoui ne demande qu’à sortir….

Plus tu comprimes, plus c’est le bordel à l’intérieur…

Je vais m’ouvrir à toi, aujourd’hui, et laisser mes émotions sortir.

Je prends mon courage à deux mains pour grandir et montrer l’exemple.

Je suis en colère ! Pourquoi ?

A première vue, il n’y a pas de raison…

A deuxième vue, je dirais que je suis en colère après moi.

Après moi, parce que je n’ai pas les résultats escomptés.

Quand j’y réfléchis, ça me met encore plus en colère parce que je suis mon propre bourreau et que c’est moi qui me flagelle, toute seule comme une grande…

La solution serait de lâcher prise comme je le conseille à mes clients. Cependant, le schéma que je pensais ne plus avoir, se rejoue encore aujourd’hui….

Alors je vais la laisser aller, cette colère…

Attention ça va piquer !

Je suis en colère parce que mon père voulait un garçon. Non qu’est ce que je dis ? Au début il ne voulait même pas d’enfant…. Puis une fois qu’il s’est fait à l’idée, il s’est dit « ok pourquoi pas un garçon qu’on appellerait YANNICK !!!! »

La bonne idée !!!!!

Pour être aimé de ce père (qui a fait de son mieux) je me suis coupée de ma féminité, je suis rentrée dans le masculin qui m’a servi à être toujours plus forte, responsable, le pilier sur qui on compte, la mère de famille, la mère de mes sœurs, la mère de ma mère… Tout ça a 11 ans…

Mes parents travaillaient beaucoup, je devais me débrouillait toute seule. A 4 ans je déambulais dans la rue pour faire mes emplettes auprès des commerçants du village. Je me suis donc fait toute petite, je n’ai pas fait de bruit, je ne me suis pas exprimée, je suis restée dans mon coin à écouter sans rien dire…

Je suis en colère parce que je n’ai pas été cette enfant insouciante qui demandait juste à ne pas aller à l’école pour profiter de la vie. On m’a dit que ce n’était pas comme ça, que ça se passait…

Aujourd’hui, devines quoi ? Je reproduis le même schéma avec mes filles sous prétexte que l’école leur permet d’avoir une vie sociale. C’est quoi ce bordel ???

Je suis en colère parce que je me maltraite toute seule de peur de ne jamais être à la hauteur… A la hauteur de quoi ???? A la hauteur du fils que mon père n’a jamais eu ?

Je suis en colère d’avoir été une enfant abandonnée (pas en apparence) mais en profondeur.

Je me suis moi-même abandonnée avant de naître… je ne voulais pas venir, je suis née cyanosée…

Puis à 2 ou 3 ans je suis tombée dans une cave où une échelle servait d’escalier.

A 6 ans, je suis tombée dans une piscine alors que je ne savais pas encore nager. Personne ne me surveillait, un maître nageur m’a sauvé….

Je suis, aujourd’hui, en colère même si je sais que tout ça, fait qui je suis !

Je suis en colère de voir ces gens qui critiquent le gouvernement, alors qu’à leur niveau, ils ne font rien pour changer leur vie personnelle.

Je suis en colère de ces parents qui maltraitent leurs enfants.

Je suis en colère du fait, que même si on met sous le nez des gens, une opportunité qui leur permet de changer leur vie en profondeur, ils n’agissent pas…

Quand ce sont des gens que j’aime ça me rend triste….

Tout est juste, je sais que je dois vivre cette colère aujourd’hui.

Derrière cette colère se cache la tristesse…

Je vais la laisser aller afin de voir le cadeau derrière.

Je vais de ce pas sur la plage avec mes filles pour exprimer cette colère avec mon corps. Je les ai prévenues, elles sont contentes de pouvoir crier avec moi et de se rouler dans le sable !

Quelles sont les émotions que tu ne veux pas sortir parce que c’est trop douloureux ?

Tant que tu les gardes tu n’es pas à ton plein potentiel. Laisse toi aller, c’est un passage qui te permet de te libérer.

Tu veux que je t’accompagne dans cette délivrance ?

Remplis ce formulaire et on en parle !

https://goo.gl/forms/A8YCcMgpnSJ3yz7h1