Envie de pleurer…

Juste de pleurer…

Je m’assois au bord de la cheminée pour me réchauffer et cette tristesse, sortie de nulle part, m’envahie…

Je regarde danser les flammes alors que coulent mes larmes…

Avant j’aurais chercher à comprendre pourquoi ?

Aujourd’hui, je laisse juste, sortir ce qu’il y a, à sortir…

Envie de rien, mes yeux me brûlent et Plume vient se blottir contre moi…

Comme un doudou réconfortant, mon chathérapeute me donne de l’énergie pour surmonter cette vague de tristesse qui déferle sur moi…

Malgré ce qu’il m’arrive là, je crois, j’ai la foi en mon chemin, en moi, je sais que j’y arrive, pourtant c’est là, et ça demande à sortir…

Je laisse aller,

Je fais, juste, ce que j’ai envie de faire en ce lundi…

Assise sur mon canapé, mon chat entre moi et mon clavier, je tape ces mots pour faire sortir mes maux….

Rien, ni personne, ne me fera abandonner !

J’irai au bout, en apprenant chaque jour, un petit quelque chose qui fera dans quelques jours, semaines ou mois, un grand autre chose…

Ce grand autre chose pour lequel je me bats !

Je suis un soldat,

Un soldat de l’âme…

De mon âme, que je tente de déchiffrer…

De ton âme que j’aime déjà…

Je divague,

J’ai un vague à l’âme…

Et si ce message s’adressait à toi ?

Pourquoi tu te fais tant de mal ?

Pourquoi tu ne comprends pas ?

Quel est le problème chez toi ?

Le sais-tu, au moins ? As-tu vraiment envie de le savoir ? Ou fais-tu comme tu as toujours fait parce que tu as peur de ce que tu pourrais découvrir de toi-même ?

Tu ne penses pas que tu mérites mieux de toi-même ? Que tu es capable de beaucoup plus ?

Pourquoi te censures-tu ? Pourquoi tu ne te donnes pas d’amour ? Pourquoi vouloir souffrir au point de te couper de ceux qui t’aiment vraiment ?

Je ne peux rien pour toi, si toi tu ne veux rien pour toi…

Je ne peux t’aider, si tu ne t’aides pas toi-même…

Je ne peux t’aimer à ta place…

Tu attends quoi exactement ?

D’avoir 90 ans et te dire : « Si j’avais su… »

Tu attends la claque de plus qui te fera peut-être réagir ? La maladie ? La perte de tout…

C’est quoi ton problème ? Le sais-tu au moins ?

Sache que JE T’AIME jusqu’à la limite à laquelle tu me laisses t’aimer.

Tu as tout en toi. Tu te mets tes propres limites…

Tes limites sont les miennes pour toi, je ne peux aller là où tu ne m’autorises pas à aller et où tu ne vas pas toi-m’aime….

Sache que je serais prête lorsque tu le seras.

Je ne suis que le reflet de ton miroir…

Que veux-tu de ta vie ? Qui veux-tu devenir ? Qu’est ce que tu as envie de laisser à tes enfants ? Poses-toi les bonnes questions ou arrête de t’en poser et passe à l’action !

Ce message s’adresse sûrement à toi qui me lis encore à ces mots-ci. Il y a sûrement une part de vérité dans ce que tu lis. Tu la prends, si tu penses que c’est juste, pour toi. Sinon, continues ton chemin, je n’en serais pas offusquée.

Ce message s’adresse sûrement à moi parce que j’ai mon côté sombre qui a besoin de se rappeler ces mots…

Ce message s’adresse aux personnes que j’aime et qui se sont éloignées de ma vie. Tout est juste, il n’y a aucun jugement dans ce que j’écris là…

Je sors les choses comme elles me viennent….

Et si ce message s’adressait à toi ?